À propos de nous

À propos de nous

Un bel article de la journaliste Silvia Zanardi intitulé La Casa dell’arte il cuore di Torcello du 22.01.15 publié dans La Nuova Venezia, La Tribuna di Treviso, Il Mattino di Padova et Corriere delle Alpi

Vivre là où l’automne jaunit les feuilles et la salicorne s’assombrit. Où l’hiver est piquant, et le printemps est une promesse. Si vous essayez de l’écouter en ramant parmi les bancs de sable, même le silence semble avoir une voix, celle qui ne peut être comprise que par dix habitants de Torcello. Paolo Andrich vit sur cette île en tant que fermier. Il y a une dizaine d’années, il a décidé de changer de vie et de s’installer ici pour cultiver des artichauts violets et attendre les fruits des jujubes, des châtaignes, des chênes verts, des pins et des noisettes qui sous le battement des flamants roses et des hérons nous rappellent de sanctifier la lenteur.

Ceux qui viennent de l’extérieur ouvrent grand les yeux devant le merveilleux univers lagunaire cher à Hemingway, surtout à l’époque où il séjourne à l’auberge Cipriani pour écrire « De l’autre côté du fleuve et parmi les arbres ». « Casa Andrich » est facile d’accès : vous descendez avec le vaporetto à l’arrêt Torcello et après quelques pas une flèche vous invite à tourner à gauche et à emprunter un chemin non cultivé. Beaucoup se retrouvent là par hasard, ils lisent le panneau « visite guidée, 12 euros », ils sonnent la cloche et Andrich arrive avec Wagner, le chien corse aux yeux verts. “D’ici, vous comprenez comment Venise est née, vous pouvez imaginer à quoi ressemblait le centre historique sans les bâtiments”.

Paolo Andrich commence les visites guidées en accompagnant les touristes sur la colline verdoyante de son jardin, où s’ouvre le grand théâtre de la lagune vénitienne. « Velma, banc de sable et île : les trois niveaux de la lagune émergent et disparaissent au gré des marées et sont les fondements de Venise et des îles qui nous entourent ». Il est urbaniste, est né en Suisse, à Biel Bienne, est bilingue italien et français, parle bien l’anglais, a vécu en France pour le travail, a parcouru le monde et pour ceux qui l’écoutent réciter les paroles d’Andrea Zanzotto c’est un acteur raté.

En 2003, à la mort de son oncle, l’artiste Lucio Andrich, il abandonne tout et vient vivre à Torcello, sur l’île que son oncle et sa femme Clementina De Luca, décédée en 1982, avaient choisi de se consacrer à art. . Dans la maison où Paolo est venu enfant et où il vit désormais en tant qu’héritier de l’artiste, il y a des boîtes pleines de photographies anciennes où des cadres suspendus aux cordes à linge, des sculptures appuyées contre des arbres, des peintures qui se dessinent parmi les oliviers séculaires et des tableaux apparaissent . d’étudiants.

Lucio Andrich, natif d’Agordo, fut professeur de mosaïque à l’Académie des Beaux-Arts puis sculpteur, peintre, graveur, artisan verrier et auteur de plus de 1300 oeuvres bercées par les bancs de sable et servit d’inspiration à Clementina qui pendant des années, immergée en vert et dans le silence de Torcello, elle brode sur soie les ouvrages de son mari. Désormais, le riche trésor de ces œuvres nées entre le soleil, le vent et l’imprévisibilité des marées, est gardé par son neveu, qui d’urbaniste est devenu agriculteur et a transformé la Casa Andrich en une ferme pédagogique, où à côté de la floraison de la l’artichaut violet, très apprécié des touristes, on reconnaît le travail long et intense d’un artiste que Venise aimait.

C’est une véritable maison d’artiste, où les verres ont un fond de cuivre décoré, les murs des chambres sont recouverts de tapisseries et la cheminée est le champ de bataille d’une armée de soldats de bois. Il y a des valises chargées de soieries brodées et des gravures de Lucio Andrich destinées à illustrer un livre du poète Ezra Pound, mort trop tôt pour pouvoir les collectionner. Les touristes qui entrent ici ont un avant-goût de la vie d’un des dix habitants de Torcello, le seul agriculteur restant sur l’île et l’un des protagonistes du documentaire “Habitat”, que trois jeunes réalisateurs vénitiens tourneront au cours d’une an.

Andrea Baesso, Christian Palazzo et Gianmaria Spavento ont décidé de consacrer à Torcello un documentaire qui, pendant un an, raconte le quotidien des dix habitants de l’île. Le film documentaire – défini comme cross-média pour son utilisation de divers outils de communication et de diffusion d’images – s’intitule “Habitat # Torcello” et pour mener à bien le projet, les trois réalisateurs vénitiens ont fondé la société Flamingo Artmedia.

Pour le moment, la création d'”Habitat” ne repose que sur des financements privés collectés via une campagne de financement participatif diffusée sur la plateforme “Eppela”, le projet est de récolter 20 000 euros pour pouvoir achever les travaux en douze mois.

Dans la bande-annonce d’« Habitat », Andrich explique en une phrase pourquoi il a décidé de vivre ici : « C’est le plus bel endroit du monde ». Ses journées s’écoulent entre projets, plans et demandes d’autorisations qui alternent avec les lots de viandes et de légumes qu’il prépare pour les visiteurs qui s’arrêtent pour dîner : « Je voudrais que ce lieu devienne le musée du travail de mon oncle, entouré d’un lagon naturel qui l’a inspiré », dit-il. «Le projet est prêt depuis des années, mais bloqué par des retards bureaucratiques et des rebonds d’autorisations entre le Patrimoine de Venise, le domaine de l’État et l’Autorité des Eaux.

Je voudrais le soutenir dans la proposition d’organiser ici une biennale du paysage mais les procédures publiques liées à la libération des concessions me font attendre ». Une chose est sûre : “Je ne bouge pas d’ici et mes portes sont ouvertes à tous ceux qui veulent connaître Torcello en entrant dans la maison de Lucio Andrich”. Peut-être le seul, sur cette petite île, dont le clocher de Santa Maria Assunta semble presque éloigné.